L’ancrage, les racines

Vu la conception de cette maçonnerie architecturée bioénergétique, les fondations qui sont les assises, les racines de la construction peuvent être réalisées en harmonie avec cette conception et sa mise en œuvre globale, c’est-à-dire sans ferraillage, sans béton ciment (ciments saturés en hydraulicité, remontées capillaires voir pathologie du bâtiment.).

Les fondations cyclopéennes tout à fait éprouvées et réalisables techniquement sur le modèle traditionnel du type fondation cyclopéenne réalisées comme des murs coffrés pour recevoir un mélange de grosses pierres liées entre elles par un mortier de chaux hydraulique (qui fait sa prise à l’eau.).

Ce type de fondations sont tout à fait souhaitable pour des réalisations de maisons individuelles (petite ou moyenne).

 



Pour les besoins actuels des chantiers, on peut accélérer la prise de la chaux hydraulique 100% naturelle par un apport de ciment blanc ou prompt. Cette possibilité est à apprécier suivant les situations par les clients, le maître d’œuvre et l’architecte.

 


Les fondations conventionnelles en béton féraillé = accumulation électro-magnétique, pollution du sous-sol combinées avec les remontées capillaires, électrolyse, stocke les ondes radio. Dans tous les cas, le ferraillage se charge et quand il sature, il se décharge dans l’ensemble de la maison = irrespect total du lieu. L’information sismique circule très vite dans les ferrailles. Béton très cassant, très lourd.

A l'heure actuel, il n'y a pas de DTU correspondant à ce type de mise en œuvre, il reste donc à la responsabilité du bâtisseur.

 

A noter

traditionnellement dans le monde entier,
tout le bâti ancien repose sur des structures de fondations du type fondation cyclopéenne.